Actu 3 roues, la brève de la semaine 25

Bonjour à tous les guidonneux,

 

Voici l’actu de la semaine 25. Une semaine qui a commencé très fort avec la validation
du side-car sur la piste de Pau-Arnos.

Validation qui entraine notre engagement à la 3e manche du Championnat de France VMA Open.

Le 7 Juillet 2013 nous vous invitons à venir nous soutenir sur Carole, plus précisément autour
de la piste. Bonjour aux Carole.

En attendant cette journée, nous sommes tous malades. Un essai infructueux, il faut le reconnaitre, à tenter de s’adapter à la météo. Une tentative de mixer tong et parka, manœuvre entamée pour coller au plus juste aux variations météorologiques incessantes.

Cette technique qui nous à permis de découvrir une maladie originale, la brongine. Un mélange savant de bronchite et d’angine … Vu les yeux rouges qui accompagnent l’ensemble, je pense qu’il y a quelque chose du lapin dans l’équation.

On se retape pour être en forme et prêt pour la Savoie. Gilles Letti avec le soutien de la fédération des Trikers de France, organise un belle rencontre sur l’hippodrome d’Aix les bains le 29 Juin 2013.

En attendant, direction le résumé de la semaine.

 

Actu Scooter :

 

– Gilera Fuoco, prend du galon

– Piaggio, optimise son parc

 

Actu Trike :

 

– BRP Can-Am, ils rassemblent

– Trike Centre, un grand prix familial

– Trikers de France, interview du président

 

Actu Side-Car :

 

– Championnat de France VMA, nous re-voilà

 

Rassemblement à venir :

 

– 10e La belle et la bête

 

 

SCOOTER

 

 

Gilera Fuoco, prend du galon :

 

Il faut parfois se lancer des fleurs. Sinon personne ne le fait pour vous. Il y a de cela bien des semaines, nous vous racontions l’histoire de Gilera. Marque prestigieuse, tombée un peu dans l’oubli malgré leur palmarès en 500cc. Absorbé par Piaggio en 1969, le constructeur capé joue maintenant les seconds couteaux sur le secteur des 3 roues.

Un soutien de taille. Depuis le commencement nous sommes persuadés que Gilera est l’arme secrète de Piaggio.

En embuscade, le Fuoco LT peut se permettre toutes les excentricités, et venir flanquer les principaux rivaux.

Nous nous lancions des fleurs sur notre décryptage de la stratégie de Piaggio mais n’oublions pas que nous avions malencontreusement casé le Fuoco (ancienne version) dans les LT. Prémonition peut-être ?

L’étourderie, c’est Gilera qui la corrige en revenant plus large et plus sportif. Bien sûr ils n’ont pas osé jouer la garde de l’ultra-sportivité.

Le Fuoco LT 500 est une belle mise à jour mais rien de plus. La position est plus reposante et les utilisateurs de Mp3 ne seront pas dépaysés, s’ils viennent à changer de monture.

Ils retrouveront le “Roll Lock” ainsi que les 492cm3 du Mp3 500.

Une accélération plus franche grâce aux 13kg gagnés sur le Mp3. Un couple de 46,5Nm pour 240kg, un ratio favorable au Fuoco LT par rapport à la concurrence.

Côté esthétique, on aime ou pas ce genre “tubulaire”. Nous, on apprécie car nous sommes adeptes des sacs à dos ou autres sacs de sports, facilement sanglables.

Fan aussi des feux arrières, rappelant fortement les motos à échappement central. Un clin d’oeil que Gilera préserve avec son modèle LT.

Nous reviendrons plus en détail sur ce modèle, très prochainement.

 

Moteur : Monocylindre Master 4 Temps double allumage/4 soupapes, refroidissement liquide

Cylindrée : 492 cm3

Puissance : 40,1ch

Couple : 46,5 Nm à 5250 tr/mn

Freins AV : Double disque ø 240 mm

Freins AR : Disque ø 240 mm

Taille pneu AV : Tubeless 120/70-12

Taille pneu AR : Tubeless 140/70-14

Réservoir : 12 litres (1,8 litre de réserve)

Poids : 240

Prix : 8499 €

Garantie : 2 ans PMO kilométrage illimité

 

Gilera Fuoco LT 500

 

 

Piaggio, optimise son parc :

 

Comme vous le savez Gilera complète la gamme Piaggio par son côté looké, plus sexy et orienté 30 – 45ans.

L’Italien, grand gourou de la secte des scootéristes, révise ses positions et adapte ses offres pour épouser au mieux le marché.

L’arrivée du Métropolis y est pour beaucoup.

Piaggio maintiendra donc la gamme Yourban LT 300 en finition classique et sport, puis proposera ses Mp3 300 LT et 500 LT version sport ou business.

Exit donc, normalement, les 125cc et 400cc acculés par une concurrence féroce.

Les 60 000 unités de Mp3 vendues en France (120 000 dans le monde), font des français les principaux clients de Piaggio. Il faut reconnaitre, pour une fois, nous avons de l’avance sur le reste de l’Europe. Ca change.

Ce record permet aussi de voir éclore un beau marché de l’occasion, fourmillant de scooters bien entretenus à des prix abordables.

Parlons prix justement. Le Mp3 300 LT Business est proposé à 7199€, comptez 200€ de plus pour la version sport.

Le Mp3 500 LT Business atteint les 8899€ et ira jusqu’à 9199€ en finition sport.

Les prix se maintiennent, plutôt élevés, ce qui rend l’arrivée de la plateforme multimédia Piaggio appréciable. Connectez votre smartphone au Bluetooth ou via la prise USB du scooter. La technologie PMP vous permettra d’avoir accès à des informations complémentaires liées à votre scooter.

Un test que nous aimerions bien effectuer afin de mieux nous rendre compte de sa facilité d’utilisation.

 

 

TRIKE

 

 

BRP Can-Am, ils rassemblent :

 

A Valcourt, se tenait le plus gros rassemblement Can-Am de ces 6 dernières années.

1300 personnes et 850 Can-Am Spyder ont représenté le constructeur le 18 Juin 2013. La force du groupe BRP réside dans sa communication et la réalisation aboutie de ses produits.

Yves Leduc, vice-président et directeur général (Amérique du nord) donne en exemple le succès de ce rassemblement, pour illustrer la grande réussite de la marque.

Une réussite sans partage. Les trikes reverses ont pulvérisés le total des ventes de trikes en France.

Depuis 1997 les trikes sont homologués en France mais jamais un tel succès n’a été rencontré. En dehors de la conception, ou du design, c’est avant tout une question de stratégie.

Spot publicitaire, test de Can-Am ouvert aux particuliers, plaquettes publicitaires via mail, campagnes d’affichages, rassemblements organisés par Can-Am, et le final … campagne télévisuelle aux petits oignons.

Personne ne peut résister au rouleau compresseur canadien.

Beaucoup de journalistes servent un peu trop la soupe à la société BRP Can-Am. Nous mettrons ça sur la méconnaissance des autres engins.

Nous sommes d’accord sur le réseau incroyable, sur la fiabilité, la finition et la sécurité.

Le côté obscur reste le côté fun. Car malgré tous ces indéniables points forts, ça pêche un peu de ce côté là.

Ceci dit, ça n’enlève rien à ce parcours magnifique et à cette machine très bien huilée.

 

La Caroline du Nord délivrait un très bon terrain de jeu, permettant aux spydermen de s’évader dans les Smoky Mountains.

Susette Hieronymus, gagne un voyage tous frais payés en Europe,et elle participera en 2014 à un rassemblement de son choix.

Danny Webb décroche le coup de coeur du jury. Un gros travail de personnalisation.

 

Gagnant Spyder deco 640480

 

Rappelons grâce newswire.ca que le rassemblement a rapporté 2500$ au profit de Haywood Christian Ministry, une association venant en aide aux familles démunies.

 

 

Trike Centre, un grand prix familial :

 

Un Rallye Touristique en Touraine. Organisé dans l’idée de commémorer le Grand prix de Tours 1923. Un parcours de 22km à travers les villages de Tours Nord. Il verra s’affronter les Bugatti 32 “Tank” et les Voisin C6 “laboratoire”.

 

Grand Prix de Tours 1923

 

Le samedi 15 Juin s’est déroulé un rallye touristique, plus calme. Faire découvrir la région à travers un tracé de 160km à été spécifiquement travaillé.

Un road-book, des voitures de collections, des trikes, de la bonne humeur … et du soleil. Que demander de plus !?

Richelieu a accueilli tous les équipages pour un déjeuner bucolique. Ce magnifique rallye à travers le patrimoine français s’est clôturé par une soirée de gala au château de Villandry.

 

Frédéric Bussereau, concessionnaire Trike-Centre a vécu cet événement de l’intérieur. Il nous raconte.

 

“Les trikers (moi avec ma femme, Géo de trikes no limit, Gillou , sa femme Martine , Gérard d’Angers, Dominique de Poitiers, Jacky avec son V8, son fils et son Boom ).

Arrivée à 8h00 avec petit déjeuner (café, croissants, pain, saucisson, pâté) à Savonnières.

Départ à 9h00 (pour 200 kms de rallye à travers le Chinonais).

Nous précédions 220 véhicules de collection.

10h30 à Chinon pour une pose vignoble (et éthylotests donnés pour la bonne conscience ).

Départ à 11h15 pour Richelieu où nous faisons la pause déjeuner à l’auberge du Cardinal ( les véhicules de collection se restauraient dans le parc de Richelieu, pas nous )

Départ à 14h30 vers Azay le Rideau, tout en passant devant le château de Rigny Ussé ( le château de la Belle au bois dormant ) où nous faisons une nouvelle pause jus d’orange dans une propriété face au château d’Azay le Rideau.

17h00, départ pour Savonnières, cette balade dans le secteur du Chinonais se termine, très sympa. Même moi qui suis du coin, j’ai découvert des endroits que je ne connaissais pas mais super agréables ( et oui , il faisait soleil ).”

 

Voilà, une superbe journée qui me fait dire que revendeur de trikes ( pour peu que l’on bouge un peu et qu’on propose des choses intéressantes ) est un métier d’enfer , même si ça paye pas !

 

Voici les Villes traversées :

– Savonnières ( départ et arrivée )

– Cinq Mars la Pile

– Brehemond

– Rigny Ussé ( Château de la Belle au bois dormant )

– Huismes

– Chinon ( et ses étilotèstes )

– La Roche Clermault

– Champigny sur Veude

– Richelieu

– Chavaignes

– L’Ile Bouchard ( Futur destination de pélerinage car une apparition de la vierge a eu lieu au siècle dernier mais une des trois sœurs ayant eu la vision est encore vivante , à sa mort , le lieu deviendra un second Lourde ).”

 

Rallye touristique touraine trike centre compo

Photo by Geo

 

 

Trikers de France, interview du président :

 

L’action menée par les Trikers de France contre l’organisation d’Agde est terminée. Le message est passé, le rassemblement a eu lieu dans le calme.
Il est temps de décomposer l’ensemble du mouvement et de revenir sur les motivations de cette fédération.

 

Trike Europe : Pascal Camus, bonjour.

Revenons sur les débuts de la fédération. Pourquoi cet engagement militant dans un monde initialement tourné vers le loisir ?

Pascal Camus : Ce mouvement est né du désir de se rebeller en mai 2011 contre le dispositif réfléchissant que l’on voulait nous imposer, à l’évidence par méconnaissance de nos caractéristiques.

Depuis, de nombreux points ont été abordés et le besoin de nous faire entendre comme corporation à part entière pour nous défendre plus précisément est devenu une évidence.

 

T.E. : Cette fédération fait-elle l’unanimité parmi les trikers ?

P.C. : Comme vous l’avez dit, le trike, engin à vocation familiale, est plus orienté vers les loisirs avec une disparité de trikers très étendue. Certains ne se sentent pas du tout concernés, tout simplement car ils ne se posent pas de questions sur l’intérêt général.

Mais c’est aussi le lot de la FFMC (notre grande soeur). Par exemple, pour le département de l’Hérault, que je connais plus précisément, seulement 170 adhérents, mais quand les problèmes surgissent, 2500 motards sont dans les rues. Je pense qu’aucune fédération ne peut faire l’unanimité.

 

T.E. : Les actions ont entraîné la naissance de la fédération des trikers de France. A-t-elle un impact politique ?

P.C. : Si vous voulez parler d’un groupe de pression, nous n’en sommes pas encore là, car notre potentiel de développement est immense. Mais nous sommes interlocuteurs de la “Sécurité Routière” à Paris et le CNSR peut nous demander notre avis à tout moment sur les trikes (courrier en ce sens). Nos relations sont suivies et des réponses souvent apportées.

Maintenant si vous voulez parler de politique pure, nous sommes et devons rester apolitique et neutres avec en simple ligne de mire la défense du trike et des trikers.

Ni sexisme, ni racisme, si stigmatisation et encore moins politique ne peuvent émerger chez nous, je suis cela personnellement de très près !!

 

T.E. : Pensez-vous qu’une telle fédération aide ou desserve les professionnels du secteur ?

P.C. : Si je vous réponds franchement, elle aide les bons et dessert les mauvais. Bon nombre de professionnels nous ont rejoints et de ce fait ont développé une certaine déontologie envers le milieu.

Si il y a problèmes, il sont réglés peut-être plus facilement (du côté client comme professionnel d’ailleurs), du fait de notre intermédiaire . Cela semble satisfaire le plus grand nombre.
Maintenant, le fait de développer le trike et sa reconnaissance, ne peut que leur profiter à terme.

 

T.E. : Votre engagement vous a mené à lutter contre un triker (cheyenne). Je suppose que le milieu du trike n’échappe pas à la violence, à la corruption et au vol.

Quelle mesure tentez-vous de mettre en place afin d’éviter ce genre de soucis pour votre fédération ?

P.C. : Il semblerait que notre milieu soit en train d’évoluer, et pas toujours vers le positif à notre avis. Cette évolution ne touche pour l’instant qu’un petit groupement local, mais peut devenir la référence si on ne bouge pas et qu’on se voile la face.

Les motos étaient dans ce cas là il y a quelques années et ont dérivé vers le tout commercial petit à petit, même si il existe quand même des exceptions avec des organisateurs responsables.

 

Peut être avec beaucoup de naïveté, la fédération tente de freiner cette évolution nauséabonde. Le risque de faire payer une balade (et un apéro que j’avais oublié, pardon) dans une manifestation gratuite et publique, organisée par une autre association conjointement (donc qui n’engendre pas de débours propres) est dangereux à très court terme pour tous. Craignant une contagion bien prévisible.

Alertés par un de nos délégués départementaux, et dans la région lyonnaise, nous avons l’an dernier par la pression des écrits, faits revenir les organisateurs sur une décision de ce type.
Tout le monde y a trouvé son compte et la fréquentation a été au rendez vous.

D’autre part, toute l’année nous sortons et allons dans les concentrations avec les motos (qui souvent sont des organisateurs) donc il est extrêmement dangereux de vouloir SECTORISER notre milieu. Nous allons arriver au risque que les bécanes nous refusent l’entrée, puisqu’à Agde c’est la décision inverse qui a été prise: 1 moto accompagnée d’un trike et 10€ chacun sinon dehors.

Il faut savoir que, grâce à notre réseau de délégués, nous arrivons à valoriser nos engins d’exceptions dans les concentrations.

Très souvent les organisateurs eux même nous proposent une contrepartie à notre présence, si faible soit elle (réduction sur les concerts, entrée gratuite, boisson..) elle est appréciée de tous.
En plus nous consommons sur place et attirons le public, qui lui consomme aussi… donc ce n’est que justice.

Au minimum, on n’a pas à payer pour exposer nos trikes au public.

Je suis en rapport avec plusieurs présidents nationaux (comme le pdt cruiser France), qui a exactement la même démarche que nous. Bien entendu, je peux ici certifier que les actions faites à destination de Cheyenne 34, n’ont rien de personnel car les délégués souvent appuyés d’un courrier de ma part font de même dans leur département.

Malheureusement pour les organisateurs cette concentration a eu lieu à moins de 10km de mon domicile, je me voyais mal ne pas intervenir personnellement.

 

T.E. : Nous imaginons qu’un lien fort unit les motards et les trikers. Est-il possible de voir ces deux univers se joindre pour lutter contre certaines “injustices” ou texte de lois limitant votre passion ?

P.C. : C’est déjà fait et le partenariat avec la FFMC existe dans les grands mouvements et dans tous les départements.

Simplement, notre fédération est jeune, apolitique, et bénévole donc chacun fait avec ses compétences, qui ne sont pas extensibles à l’infini. Mais un mouvement est né et il faudra compter avec dans l’avenir.

 

T.E. : Revenons sur le rassemblement d’Agde. Il semblerait qu’un disfonctionnement ait été dévoilé, lors de la mise en place de ce rassemblement.

Un droit d’entrée pour une balade était payant pour les propriétaires de véhicule exposé, alors qu’ils sont le fond de commerce, ou du moins l’attraction de cette manifestation.
Etes-vous contre les manifestations payantes ?

P.C. : Bien sûr que non et surtout pas!! Chacun fait ce qu’il veut du moment qu’il a été averti. Les organisateurs “types” ont des frais (orchestres, location de matériel et autres…) donc ils se doivent de faire payer une PAF (participation aux frais) et nous le comprenons.

A nous de privilégier celles où l’on veut se rendre.

Le système mis en place à Agde était différent, le comité des fêtes organise et investit seul dans les orchestres, les repas et autres boissons en espérant retour sur investissement.

Bien entendu, la manifestation est gratuite et publique puisque le contribuable donne par l’intermédiaire de la mairie, 100 000 euros de subvention à cette association (cumulé Agde et le Cap).

La dessus vient se greffer cheyenne34 qui lui ne s’occupe QUE DES TRIKES, voitures américaines ET BOUCLARS, (selon le mail du président des comite des fêtes) et demande 10€ pour obtenir le bracelet qui donne droit à la balade, à entrer sur le site (donc exposer) et à l’apéro. Voilà où la bas blesse, comment peut on demander à ces gens là qui attirent et viennent souvent de loin de payer??? Beaucoup de Trikers de France ont été floués, car on avait EN PLUS “omis” de leur préciser pourquoi ils payaient, croyant de bonne foi que c’était l’entrée (nombreux témoignages en ce sens).

Bien entendu, la somme n’est pas en cause mais le respect des trikers et le principe sont hautement critiquables. Si nous étions procéduriers, nous considèrerions même cela comme une arnaque en bande organisée suite aux nombreux témoignages car ils oublient de prévenir que l’entrée est gratuite POUR TOUS.

 

T.E. : Quels ont été les moyens mis en place pour faire comprendre aux gens qu’il n’était pas normal de payer, alors qu’ils sont eux mêmes les acteurs de cette journée ?

P.C. : Déjà l’an dernier, j’ai rencontré M. le Député maire d’Agde et l’ai alerté sur cette anomalie et cette stigmatisation, il devait me rappeler mais un politique est un politique et plus aucune nouvelle depuis, bien que le président de cheyenne34 soit son salarié à la mairie, il aurait pu se souvenir du problème.

Donc nous avons alerté par des interviews radio, des publications sur les médias “libres” mais sans succès.

Agde a une fâcheuse habitude de faire croire que sous le soleil tout est beau.

Les photos de la manifestation ont été prises sous plusieurs angles (les 4 faces d’un véhicule par exemple) pour faire croire presque au surnombre. Le “parrain” annoncé à grand coup de pub (devenue mensongère) absent a fait beaucoup couler d’encre aussi.

Mais là n’est pas le propos. On cache souvent ce que l’on ne veut pas voir… D’autres se battent contre cela, nous nous en tenons juste aux trikes et à leur avenir.

 

T.E. : Au vu de votre engagement et de l’action menée, les autorités vous ont-elles soutenu dans votre démarche ?

P.C. : Il y aura obligatoirement des répercussions, peut être même pour moi car des menaces de mort ont quand même été proférées, preuve que nous avons touché un point sensible et peut être trop attiré l’attention.

 

T.E. : Les non-initiés pourraient croire que vous vous êtes déplacés seulement pour créer un conflit.

Expliquez nous en quoi cette action était cruciale. Ainsi que le rapport tacite qui existe entre votre manifestation et l’accès aux rassemblements motos.

P.C. : Outre la généralisation de la taxation des balades, des témoignages sur facebook, préviennent que les bikers risquent de nous interdire l’accès à leur concentration si nous développons le même principe contre eux. Et voilà où est le risque certain et à court terme.

Nous avons été témoins du nombre important de refoulés et nous ne cautionnons pas cette manière de faire, nous sommes tous ensemble toute l’année SAUF A AGDE (vécu personnellement) NON et NON!!
Nous sommes tous dans la rue quand il y a des problèmes, nous devons être de même quand tout va bien.

 

T.E. : Résumez nous cette journée de manifestation et votre rapport avec les forces de l’ordre.

P.C. : Avec les forces de l’ordre, (avec qui j’avais eu un entretien le vendredi avec 2 délégués en plus haut lieu) :
sans véritables problèmes car nous étions une manifestation pacifique et “bon enfant”.

Notre seul but étant d’alerter le contribuable agathois et distribuer 200 tracts en expliquant la raison de notre courroux à l’ensemble des acteurs de notre milieu.

Un dispositif léger a été mis en place car nous sommes avant tout pacifistes je le rappelle. Nous avons été maltraités verbalement et bousculés par les amis des organisateurs.

Néanmoins, le bilan reste satisfaisant avec la population Agatoise, sidérée par le système mis en place, à l’évidence stigmatisant les trikers, bikers et autres voitures américaines.

Cette manifestation aura indéniablement des répercussions pour le futur à Agde et au delà…

Et même si l’on a reçu des menaces, insultes et plus en nous écrivant que l’on allait recruter les trikers chez les handicapés (c’est vrai qu’il y avait aussi cette catégorie de population parmi nous, dont je fais parti aussi), je trouve cela profondément triste, qu’a court d’argument, on s’en prenne au physique ou à l’état de quelqu’un…

Peut être simplement la preuve qu’un problème de plus grande ampleur a été révélé.

 

Action Agde Trikers de France

 

Camus Pascal
Président de la Fédération des Trikers de France
Association régie par la loi de 1901

 

 

SIDE-CAR

 

 

Championnat de France VMA, nous re-voilà :

 

Croix en Ternois ne nous a pas porté chance. Les freins dans le sac, nous sommes rentrés brecouilles.

Pau-Arnos, le circuit de la seconde chance. 6 sessions de 20min pour enfin reprendre le dessus.

Pari gagné ! Le basset est au point, malgré un léger manque de mordant au freinage. Quoiqu’il en soit, nous serons présents lors de la 3e manche du Championnat de France VMA Open.

 

 

 

RASSEMBLEMENT A VENIR

 

– 10e La belle et la bête :

 

10e la belle et la bete

La belle et la bete