La brève de décembre

Salut à tous les guidonneux,

 

 

Une brève qui n’en est pas. Une saison hivernale qui n’en est pas. Le mois de décembre est si doux, on a presque envie qu’il dur toujours.

Mensonge. Vivement la chaleur, les vapeurs d’asphaltes, les odeurs d’huiles moteurs et d’essence.

Promis, l’année prochaine on part en désintoxe. Quoique …

Que s’est’il passé en décembre !? On vous dit, presque tout.

 

 

Quadro, La naissance d’un géant :

«les-tripodes-picards», une association qui aime la route.

Trirol, un pilote américain à l’heure italienne :

Gilera, passe la tenue guérilla :

Moto-trike, le baroude d’honneur des bikers :

Can Am, le bouillon est de saison :

Campagna Motors, l’audace d’un outsider :

Trike, une affaire d’homme :

Side-car, une nouvelle fois la corne résonne :

 

 

SCOOTER

 

 

Quadro, La naissance d’un géant :

 

 

L’accroche est peut-être un peu forte, on vous l’accorde. Cependant il faut admettre la belle progression de Quadro dans le cœur des journalistes et des citadins.

Le match n’est pas encore joué, les compétences techniques couplées à leur écoute des critiques, place ce constructeur dans le sillage du boulimique Piaggio.

Nous n’allons pas revenir sur le parcours de Quadro, traité en partie dans la “brève de novembre“.

A noter l’expansion de leur réseau avec la Belgique en ligne de mire. Si la grande majorité des scooters 3 roues est vendue en France, et plus particulièrement en Ile de France, pourquoi le reste de l’Europe ne rattraperait-il pas le retard ?

Rouler sur un Maxi-scooter 3 roues semble être un souci d’égo pour certains. Trop ringard pour les motards et trop risqué pour les automobilistes.

Arrêtez d’être obtus et mettez les préjugés de côté, seul le test compte !

Les chiffres parlent d’eux-mêmes et les constructeurs l’ont bien compris.

Un parcours de 35km en Ile de France vous coûte de votre temps 1h30, onze mois sur douze.

Il reste la moto mais il faut le permis, rajouter des sacoches inesthétiques et pas toujours pratiques, sans parler des quatre mois d’inactivité (minimum).

Ce n’est pas pour rien si Quadro se développe en Belgique et commence à avoir un très bon quadrillage en France. RMF, distributeur exclusif de Quadro ne cesse de développer son réseau afin d’offrir une réelle alternative à Piaggio.

 

 

 

 

«les-tripodes-picards» , une association qui aime la route.

 

 

Il y a quelques semaines, nous sommes tombés sur une vidéo de Nikosongs.

La journée commençait gentiment, le soleil pointait le bout de ses rayons lorsque j’aperçus des pères-noël en scooter.

J’ai mis ça sur les restes d’une soirée bien honorée, pourtant, après quelques secondes de visionnage, une ribambelle de joyeux lurons se dessine devant mes yeux embués. Le gang des pères-noël semblait être reconstitué.

Qui sont ces hommes en rouge et blanc offrant bonbons et sourires !? Ils ont transformé Le Piaggio Mp3 LT si sérieux et utilitaire, en objet festif.

Une fois entré en contact avec Nikosong, la messe était dite. Encore un coup des Picards.

Nos pères-noël se connaissent depuis peu et pourtant on ressent cette cohésion des « bons coups ». Cette fameuse cohésion des grands jours, la même nous incitant à faire n’importe quoi, du moment que nous partageons ce moment ensemble.

Nos amis du forum « les-tripodes-picards » en tirent une énergie positive pour accomplir quelques petits gestes désintéressés.

 

Nikosong ou plutôt Nicolas Albecq, habite à Querrieu dans le 80. Un tripodiste passionné de 34ans, propriétaire depuis 3 ans de son Piaggio Mp3 LT.

Leurs aventures ont commencé le 17 mai 2011 suite à la création du forum « les-tripodes-picards » par Pascal Segard (Scootard972).

Ensuite tout s’accélère. Le 2 juin première ballade en direction de Gerberoy, immortalisée par Nicolas qui commence à prendre conscience du mouvement.

2011 une pluie de carte de visite est distribuée par les acteurs du forum afin de rallier les propriétaires de Mp3 LT.

Le forum grossissant, un changement de structure s’est imposé.

 

Naissance de l’association « Les Tripodes Picards » avec l’organisation de leur premier rallye sur le thème des moulins à vent picards.

 

 

 

 

L’association ne veut pas en rester là et pense pouvoir joindre l’utile à l’agréable en utilisant google adsends. Chaque vue sur la page de Nikosong permet de financer les rallyes, les rassemblements et la balade de noël.

Une balade organisée sur Amiens et ses alentours (Glisy, Longeau, Hangest sur somme), elle a eu lieu le 15 décembre 2012 avec la participation de 10 Mp3 LT.

Virée de 60 kms préparée en novembre, prenant le départ à Ailly sur somme, pour arriver sur Hangest sur somme.

La première assemblée générale des tripodes picards s’est tenue à la fin de cette journée au restaurant du Canard.

 

 

 

 

Nous avons des enfants du sud-ouest dans l’équipe. Nous n’osons pas imaginer comment cette réunion s’est déroulée. D’ailleurs, toutes les réunions devraient se dérouler comme celle-ci.

Du foie gras, un moelleux, le canard en résistance et un jus de raisin à température ambiante !

Quoiqu’il arrive, nous souhaitons longue vie à l’association « Les tripodes picards », en espérant les croiser un jour sur les routes.

Nous remercions également Nikosong qui nous a fourni l’ensemble des informations.

 

Le paragraphe de fin sera pour Pascal (alias Scootard972) :

 

Bonjour à vous visiteurs et nouveaux inscrits sur ce forum,

 

Je suis Pascal, alias Scootard972, j’habite Ailly sur Somme, j’ai la quarantaine et je roule en MP3 depuis deux ans maintenant, j’avais une 250cc achetée en Juillet 2009, qui comptait 13500 km et que je viens de revendre pour m’offrir un 400cc .

Le 400cc m’a été livré vendredi dernier en fin d’aprem, et aujourd’hui mardi, il compte déjà 300km… Vivement la révision des mille…

J’ai créé ce portail et ce forum afin de réunir les possesseurs de MP3 de ma région, car après discussion avec le vendeur, il semblerait qu’il y ait pas mal de “Tripodes” sur Amiens et ses environs, mais, roulant tous les jours avec le mien, ne serait-ce que pour aller bosser, je m’aperçois que je n’en vois pas beaucoup…

J’aimerais réunir ici les MP3istes Picards, pour échanger ensemble des conseils, des astuces, et pourquoi pas faire des virées ensemble…

 

Bienvenue ici, amis MP3istes, et autres tripodistes Picards, vous êtes ici chez vous…

 

 

Trirol, un pilote américain à l’heure italienne :

 

 

La vidéo présentée ci-dessous n’est pas un chef d’œuvre d’originalité. Pourquoi la présenter ?

Nous attendions qu’il saute d’un pont, vole par-dessus un nid de coucou ou réalise une poursuite Bullittesque (terme lié au film Bullitt)

Rien de tout ça. Nous mettons Trirol sur les brèves de décembre car c’est un des rares américains à rouler en Mp3 LT et à fournir des vidéos régulièrement.

 

Point de vue sur le trafic américain, en direct :

 

 

 

 

Gilera passe la tenue guérilla :

 

 

Le constructeur italien semble vivre de/dans l’ombre de Piaggio. Un Fuoco 500 très peu médiatisé malgré des performances plutôt honorables.

En Corée du sud ils ont décidé de prendre l’affaire très au sérieux et de concevoir un Fuoco 500 … agressif et voyant.

 

 

 

 

MOTO-TRIKE

 

 

Moto-trike, le baroude d’honneur des bikers :

 

 

Les motards ayant usé la sellerie de leur monture par tout temps, passent le cap avec douceur.

Une nouvelle passion, un accident, le temps qui passe ou bien même la famille, sont des facteurs poussant nos bikers à équiper leur belle d’un nouveau train arrière.

La moto-trike jouit d’une bonne réputation parmi les motards, elle permet de poursuivre ses escapades malgré les bonnes raisons d’arrêter de rouler.

La France, comme à son habitude, bride les artistes de la clé à molette et n’autorise pas les fabrications « home made ».

On entend qu’il est possible de customiser votre moto mais n’espérez pas rouler avec les moto-trikes américains, complètement décarénés, aux roues extra larges. Oubliez !

 

 

 

 

Bien sûr, la France regorge de talents et vous pourrez éventuellement tricher sur les passages de roues, les jantes et éventuellement un design de réservoir.

Les kits vendus sur internet peuvent être séduisants, n’oubliez pas qu’il faut être capable de monter l’ensemble. Il faut passer à titre individuel dans les bureaux de la DRIRE et se délester d’un petit billet pour la présentation (à votre bon cœur).

Le parcours peut sembler long ou astreignant, pourtant les fondus de moto n’hésiteront pas à sauter le pas.

Notre point de vue changera peut-être avec le temps, pourtant en discutant avec les propriétaires ou les concessionnaires, nous avons constaté que cette machine était là pour poursuivre le rêve.

Un peu comme une drogue de substitution.

Souvent nous nous sommes demandés comment on passait de la moto aux 3 roues.

 

Plusieurs raisons ont été précédemment citées. Revenons dessus :

 

La passion. Inexplicable attirance pour une machine un peu bâtarde. Trop large pour l’inter-file, on ne peut pas mettre d’angle et le poids handicape la performance. A côté de ça, une superbe ligne, c’est massif, stable, les kilomètres ne sont plus un problème. Bref, on aime et il n’y a pas plus de raison à ça.

 

L’accident. Tragique étape (oui, on a bien dit étape) dans la vie d’un motard. Lequel n’est pas tombé ? Lequel n’a pas ressenti l’espace-temps se figer, la nuque froide, la goutte d’eau ruisselant dans le dos juste avant l’impact. A ce moment-là deux cas de figure. On se relève ou on reste à terre.

Sur le moment peu importe qui a raison ou tord, seul l’issue compte, pas d’alternative, il faut savoir si le corps répond.

Coup de pot. Ca craque, ça couine, ça houspille car chaque os semble réclamer un nouveau bout de territoire. Passons, on est vivant et l’aventure continue.

Cependant, l’accident a laissé des séquelles et hors de question de remonter sur votre Harley. La colère monte, les images se bousculent, les bons moments à moto semblent vous échapper.

Un bon gros « FUCK » se dessine sur vos lèvres. Votre esprit cogite, hors de question de lâcher le guidon, c’est décidé vous reprenez la route.

Le garage s’ouvre et le noir mat de la belle vous motive à aller plus loin. L’assurance à fait le job, la Iron 883 est comme neuve, pas question de la trahir, direction un concessionnaire afin de lui coller un kit 2 roues pour le train arrière. La transformation n’est pas donnée mais quel prix pouvons-nous donner à cette sensation procurée par le grand air et les runs entre amis ?

 

Le temps. Votre corps commence à vous rappeler à l’ordre. En votre for intérieur vous ne le dites pas mais vous sentez que ça devient dangereux de suivre les plus jeunes sur les longs trajets.

Vous réfléchissez, longtemps. Vous avez eu la critique acerbe face aux trikers. Un matin de printemps, parce qu’il ne faut pas mourir idiot, vous passez un déguisement de Richard Nixon, près pour le hold-up du siècle, vous filez tester les engins. « Bullshit » aurait dit Nixon ! Vous, plus raisonnable vous vous contentez d’un « sa mère c’est trop bon » !

50, 100 puis 250 kilomètres plus tard vous vous rendez compte que l’aventure se poursuivra grâce à ces machines à trois pattes. Au final peut-importe l’engin, seul l’esprit compte. La seule chose qui compte, c’est d’être sur le départ quand la horde ordonnera l’allumage.

 

Passons à la famille. Il n’y a rien de plus honorable que de mettre sa passion de côté pour les siens. Madame ou monsieur craint pour votre santé lorsque vous prenez la route. Vous avez plusieurs enfants … La famille par définition est une bonne raison de ne pas se mettre en danger.

Pourtant, l’appel est beaucoup trop fort. Vous avez testé le side-car dans un premier temps, malheureusement Side-Bike a fermé.

Le seul side-car en 4 places aurait pu vous sauver la mise. Que faire ?

Au diable l’avarice ! Votre couple aime rouler, les enfants on l’âge alors on investit dans deux moto-trikes ! Un choix judicieux.

Il est même possible d’investir dans un trike 3 places et une moto. La douce joie des combinaisons.

 

En faisant le bilan, nous pensons que ce sont les 4 leviers principaux décidant de changer de mode de transport. Evidemment il n’y a pas de vérité.

D’ailleurs Bubu de quiberon, un trikers de France, est très heureux de son cadeau de noël.

 

 

 

 

La seule vraie question est de savoir pourquoi on roule. Faire comme les autres, se donner un style ou parce que vous aimez vraiment la route.

Au Japon il y a une très forte communauté de moto-trike, et nous savons pourquoi ils roulent. Le plaisir, la folie, la joie de partager ensemble. Cette vidéo finira de vous convaincre.

 

 

 

 

TRIKE

 

 

Can Am, le bouillon est de saison :

 

 

En ouverture de la catégorie trike nous ne savions pas par quoi commencer.

On parle de la léthargie des 1+2 ou de la forme indéfinissable des 2+1 !?

Encore une fois Can Am tape fort. On aurait pu croire que le 12 décembre 2012, les fêtes de noël du canadien allaient tourner à la farce.

Effectivement, deux rappels coup sur coup pour des questions de sécurité, concernant 12 000 unités cumulées, ce n’est pas rien.

Que nenni ! Un communiqué sur les deux rappels et on en parle plus.

Les problèmes auraient pu être graves, ils concernaient un souci d’étanchéité, des vapeurs de carburant pouvant occasionner de lourd dégâts physiques, matériels, éventuellement collatéraux.

 

Le premier rappel concerne la mise à l’air inadéquate au niveau du filtre au charbon, 2 431 Can An Am concernés, allant de 2008/2009/2010

 

Le deuxième touche le bouchon de réservoir, très laxiste en ce qui concerne son job. Il laisse les vapeurs s’échapper pouvant occasionner de lourds dégâts si vous allumez un clope au feu (on exagère).

Quoiqu’il en soit 9400 rappels, ils changent tous les bouchons des Spyders.

 

Nous connaissons Can Am comme le roi de la communication. Imaginez un pilote cruisant tranquillement sur la croisette. Il s’arrête au feu, ouvre son casque modulable, petit clin d’œil à la serveuse, il enclenche la première démarre et là … c’est le drame. Non madame ! Ce n’est pas Johnny Storm qui fait son show mais bel et bien un Spyder-man version ghost rider. On vous assure, ça fait désordre dans un « plan com » huilé.

 

Bien évidemment Can Am a échappé à cette réalité (surtout le pilote que nous venons de sacrifier).

Rendons honneur au budget investi dans les journées portes ouvertes, les essais piste et autres manifestations.

Can Am met un point d’honneur à former ses futurs clients, même si les débuts sont laborieux.

 

 

 

 

A côté de ça, la communauté sait le rendre. Nous comprenons les passionnés de Spyder. Roulant en Trike Family Cox (c’est mon côté old school), j’échappe encore aux griffes de la bête.

Revenons à une pensée plus globale. Mettons-nous à la place des propriétaires.

 

 

 

 

 

 

Une société proposant régulièrement des vidéos, des concessionnaires mis en avant, des rassemblements organisés aux frais de la princesse …

Dur de résister. Je ne connais aucun autre constructeur 3 roues capable d’assurer autant le show. Seul Harley-Davidson pourrait prétendre au titre. Au passage, merci les chapters.

Fermons le chapitre Can Am pour décembre, ces rappels n’auront été, qu’un rappel.

 

 

 

 

Campagna Motors, l’audace d’un outsider :

 

 

Il serait faux de penser que Campagna Motors fait de la figuration. Ont-ils subit des déconvenues ? Bien sûr.

La firme Québécoise ne prospère pas depuis sa création, subissant dépôt de bilan et reprise.

Le T-Rex sillonne les routes depuis les années 90 alors que le monde semble les découvrir. La fermeture en 2008 n’a pas aidé à poser la marque, ceci dit, la reprise en 2009 et le déménagement des locaux vont donner un coup de neuf à Campagna Motors.

 

Aujourd’hui, c’est une société qui a revu sa technique de communication. Elle est plus large, plus agressive mais tout comme Can Am, elle se repose beaucoup sur la communauté.

L’apparition du T-Rex dans le film Nitro, les séries américaines et le test du V13R par Jay Leno marquent un virage radical dans l’approche du constructeur avec son public.

 

 

 

 

La présentation des modèles Campagna Motors par Andre Morisserre fait partie de ce type de changement.

 

 

 

 

On vous laisse avec Jay Leno.

 

 

 

 

Trike, une affaire d’homme :

 

 

Les locaux n’ont pas encore brulé, attaqués par une horde de femmes en colère (mon rêve). Rare sont les vidéos de trikes pilotés par des femmes, en dehors de la Grinouille.

La Grinouille fait partie des rares pilotes à se lancer à l’aventure et à parcourir un nombre incalculable de kilomètres, pour le seul plaisir d’un coucher de soleil.

Malheureusement peu de ses copines osent se mettre en scène, nous laissant à la dérive voguant sur un flot incessant de testostérone.

En parlant d’hormone mâle. Y a-t-il des hommes qui s’engagent en compétition, sans ne faire que parader ?

Nous en avons trouvé un. Phil bonneau a partagé cette vidéo sur son compte youtube, et nous sommes prêts à relever le défi de la course de côte !

 

 

 

 

Un pilote, ce n’est pas beaucoup. Quelque chose me dit que 2013 et 2014 apporteront leur lot d’évolutions avec un rallye en particulier. Le Dark Dog Tour a ouvert ses portes aux 3 roues cette année. Nous n’avons pas pu inscrire d’équipage en 2012, peut-être nous verrez-vous en 2013.

Cessons les plans sur la comète pour le moment et passons voir notre cher australien Mark Sewell.

Mark est l’heureux propriétaire d’un Boom Trikes Mustang, ses vidéos prouvent son bonheur.

 

 

 

 

L’Australie étant à l’autre bout du monde, profitons-en pour faire une escale à la Réunion.

Ile-loue.fr propose des Trikes à la location pour faire la visite de l’île. Suffisamment rare pour le noter et partager leur vidéo.

 

 

 

 

SIDE-CAR

 

 

Side-car, une nouvelle fois la corne résonne :

 

 

Il était une fois une histoire qui s’achève. Dans ce conte il n’y a pas de fin heureuse, de dénouement en happy end. Il y a juste des faits.

Début novembre nous partons pour le salon du side-car, à St Foy l’Argentière où nous avions prévu de rencontrer Richard Vinter de Side Bike Sud.

 

Le salon en lui-même était très convivial, on plaisante avec tout le monde, on parle mécanique avec quelques-uns et on passe un bon bout de temps autour des sides HMS (Handicaps Motards Solidarité).

L’après-midi s’écoule gentiment dans la bonne humeur, jusqu’à un petit coup de fil de Richard. On savait que la rencontre serait émouvante car notre échange téléphonique fin octobre, scellait l’avenir de Side Bike.

Un mince espoir subsistait tout de même mais ce fût de courte durée. Presque les larmes aux yeux Richard nous annonce que c’est « vraiment » la fin. Il faut débrancher, la société agonise et là, nous nous rendons compte qu’une page du side-car va se tourner.

Side-Bike souffre de problème de gestion, le Zeus ne peut pas repartir tant qu’il n’obtient pas toutes les autorisations et les mises aux normes… Il était pourtant la planche de salut inespérée. Les commandes étaient régulières, il était le seul homologué 4 places et bénéficiait d’une bonne réputation.

Quoiqu’il arrive nous sentons la détresse d’un passionné, un fidèle du Celtik, un membre dévoué de l’équipe Side Bike.

 

Richard Vinter

 

Est-ce que le monde du side-car souffre de la même façon ? Les sociétés comme MS-R, Armor Side ou encore Dj Sport … ne semblent pas souffrir du manque de commande.

Evidemment ce n’est pas la régie Renault (quoique, vu les chiffres de Renault) mais des sociétés comme Ural Motorcycles sont en pleine reprise depuis maintenant un an.

 

Initialement nous ne sommes pas des spécialistes du monde du side-car. Le temps avançant, nous avons appris à découvrir, comprendre et sommes devenus complètement fans des barjots de la compétition.

Le singe qui sommeillait dans le cœur d’un de nos confrères s’est réveillé et il ne souhaite plus qu’une chose, participer à une saison side-car. Avis aux pilotes assez fous pour l’embarquer !

 

Cette folie side nous prenant, pourquoi le reste de la population ne succombe pas ?

Toujours la même raison, la couverture médiatique. Regardez une course de side-car F1 et vous laisserez définitivement rentrer Sebastian Vettel chez sa mère.

Le side-car contamine à petite échelle, regardez cette animation, presque capable d’être sur nos consoles.

 

 

 

 

 

 

On pourrait croire qu’il n’y a plus que les programmeurs pour fantasmer sur le side-car. FAUX !

Jay Leno, encore lui. Il est dans tous les bons coups et tourne un nouveau sujet sur une Royald Enfield

 

 

 

 

On résume, le milieu de l’animation et des présentateurs télé semble être conquis. Ca fait un geek qui reste dans sa chambre, collé à l’écran. Et un ancien, roulant à une température moyenne à l’année de 20°. Le ciel de Californie est clément. C’est donc fait pour les pantouflards ! FAUX !

Allez mettre vos melons dehors avec ce fou furieux, si vous pensez que les side-cars roulent exclusivement l’été.

 

 

 

 

Vous me direz, « – cet internaute est rare, il testait la machine et sa combinaison. Ca nous fait, 1 nerd, 1 vieux collectionneur et 1 esquimau … avec cette équipe on ne va pas aller bien loin. »

Bien ! On vous rajoute une équipe de tout terrain ainsi que des croqueurs d’asphaltes.

 

 

 

 

 

 

Là, il y a de l’argument sur ces deux vidéos de décembre. Là où nos arguments pêchent, c’est sur le terrain du prix.

Oui, c’est cher de greffer un panier. Il faut compter en moyenne 15 000€, un sacré budget de nos jours.

Si certains font encore l’effort de se sacrifier pour leur passion, il est dur de convaincre des non-initiés à investir autant. Le side-car restera donc un monde réservé aux passionnés, aux compétiteurs de l’extrême, en espérant revoir des sociétés comme Side-Bike ressuscitées (un mec en tunique a bien réussi à le faire).

Une société qui a tout de même poussé plus loin la conception du side-car.

Les constructeurs restants redoublent d’ingéniosité pour adapter les paniers, proposer de nouveau design et faire perdurer l’engagement des side-cars en compétition.

 

Si vous pensez que la Formule One et les épreuves de Moto GP sont les épreuves reines. Nous, on pense que les vrais héros sont là, dans une caisse à savon, repoussant à l’extrême l’idée de confiance et d’engagement. Chacun est responsable de la vie de l’autre, pas d’erreur possible. Le pilote ajuste sa trajectoire en fonction de l’équilibre offert par le singe.

Le singe met son corps au service de l’équipe, frôlant la blessure à chaque changement de position, mettant sa vie dans les mains du command board. Embarquez pour l’escale frisson.

 

 

 

 

Voilà. C’est fini pour décembre en espérant vous croiser sur les routes. Surveillez le drapeau blanc au cerbère, c’est un des nôtres.
Si vous souhaitez recevoir une petite newsletter une fois par mois, passez vous inscrire et si vous souhaitez nous écrire pour le plaisir, on prend aussi.