La brève de novembre

Bonsoir à tous les guidonneux,

 

 

Comme vous avez pu le constater il n’y a pas eu de « brèves de la semaine » pendant ce mois de novembre.

Nous avions fait un petit édito sur la page facebook ainsi que sur le groupe afin de prévenir nos lecteurs.

Une décision motivée par la fin de saison que nous pensions pauvre en actualité, grossière erreur.

Si une grosse majorité des trikers a rangé les bêtes, il reste une poignée d’irréductibles à travers le globe nous abreuvant de contenu.
Remerciement spécial à la Nouvelle Zélande et à l’Australie pour leur participation.

 

 

SCOOTER

 

 

Adiva l’outsider de l’ombre :

 

Adiva AD3 est sur la rampe de lancement. Alors que nous parlons tous du Metropolis 400i de chez Peugeot, nous négligeons l’importance que pourrait avoir l’arrivée du AD3.

L’AD3 GT décapotable devrait être vendu dans l’hexagone aux alentours du premier trimestre 2013.

Les italo-japonais pourraient voler la vedette à leurs concurrents en affichant un très bon rapport poids puissance à un tarif compétitif.

Il ne viendra pas titiller les maxi scooters comme le Mp3 LT 500 mais pourrait avoir une incidence sur les ventes du Yourban 300.

 

Scooter-infos nous offre les mensurations de la bête :

 

Moteur : monocylindre Kymco 4 temps à refroidissement liquide (qui équipe déjà les People GT et Dink Street)

Cylindrée : 72,7×72 = 299 cm3

Puissance maxi : 29,7 ch à 7750 tr/min

Couple maxi : 30,1 Nm à 6250 tr/min

Transmission : CVT

Pneus : av : 130/60-13 / ar : 150/70-13

Frein av : disque ø 220 mm

Frein ar : disque ø 240 mm

Cadre : tubulaire en acier

Suspension : av mono amortisseur / Ar : amortisseurs combinés réglables sur 5 positions

Longueur : 2180 mm

Hauteur de selle : 700 mm

Poids à sec : 202 kg

Réservoir essence : 12,2 litres

Autonomie de 260 km (données constructeur)

 

 

Peugeot Metropolis le graal français :

 

Le Metropolis 400i est la dernière chance de Peugeot de frapper un grand coup.

Quand nous écrivons cela, ce n’est pas pour remettre en doute la qualité des designers du groupe, mais soyons honnêtes, le lion est malade.

Les ouvriers de la firme automobile lui ont filé une gastroentérite carabinée et « La poste » à fini de clouer la bête au lit en commandant 3700 scooters Kymco, moins cher et plus fiable … un comble !

 

Autant vous dire que Peugeot joue une grosse carte en rentrant sur le seul marché encore en progression. Quand vous venez de perdre un marché de 2.9millions, vous n’avez pas le choix, il faut être à la hauteur en 2013.

En France nous avons des ingénieurs compétents donc nous développons nos propres moteurs, soit.

Le Métropolis accueillera en son sein un bloc Peugeot de 400cm3 développant 37ch et sera bardé d’électronique, comme le démarrage main libre, l’indicateur de pression des pneus, une technologie Day Running Light(éclairage led)…

Sur le papier c’est très séduisant mais nous connaissons les soucis de vieillissement de ce type de matériel et son coût de remplacement. L’argument de Peugeot est « qu’ils sont les précurseurs de l’implantation de la technologie automobile au service du scooter… », ne nous laissant aucun point de comparaison, faisons leur confiance. A une condition, ne pas être dupe car l’expérience automobile est transposable et malheureusement la fiabilité fait parfois défaut chez Peugeot, sans pour autant fréquenter les mêmes abysses que Renault.

Lors de l’EICMA les cachotiers de chez Peugeot nous présentent le modèle RS venant renforcer les rangs du Métropolis. Le RS ne semble proposer qu’un restylage, sans augmentation de cylindrée ou perte de poids.

Malgré un terme « RS » légèrement usurpé, il arbora une couleur titane mat qui devrait être splendide et n’oublions pas que ce Métropolis est 100% français, merci l’usine de Mandeure, on compte sur vous.

 

Le 2 Mai 2013, le plus sérieux des concurrents transalpins devrait arriver en concession autour des 8750€, un tarif pas franchement compétitif mais dans la fourchette d’une fabrication française, que nous espérons de qualité.

 

 

 

Quadro l’expérience tout terrain :

 

Quadro a choisi une stratégie de communication totalement différente. Les hommes de la firme ont décidé de jouer dans la cour des grands, emmenant un 350D sur les traces des aventuriers.

Qu’est-ce qui pousse ces constructeurs à prendre le chemin de l’exode, de la baroude, de la poussière. On a l’impression qu’ils veulent sanctionner la machine, la maltraiter, lui faire comprendre qu’elle est aux services de l’homme.

Lors des premiers retours concernant les améliorations à effectuer, Quadro a su répondre en proposant à l’EICMA un 350D revitalisé.

 

Nouvelle motorisation et nouvelles performances :

Quadro S passe de 313cc à 346cc et d’un couple max de 2.36 DaN.m à 6000tr/mn pour 2.52 DaN.m à 5750tr/mn.

Ce qui veut dire, plus de couple, plus tôt, même si la différence ne va pas distendre vos articulations à l’accélération. Cependant cette différence est notable et appréciable lorsque vous transporterez un passager.

On revient sur le notable, dans le sens où les modifications apportées à la motorisation, aux amortisseurs, au confort de selle et au tableau de bord, ne viendront pas influer sur son prix. Et ça on aime !

 

Quadro est-il le constructeur à l’écoute ?

Comme tout utilisateur et consommateur notre première idée est de penser qu’avant tout, la firme italienne cherche à faire des bénéfices en écoulant leurs machines sans faire attention au SAV.
Une règle d’or, presque de platine, dans le monde des véhicules motorisés moderne.

Même si Quadro doit répondre à cette définition, il faut reconnaitre que les boys n’ont pas dégonflé les « soeurettes » et sac à dos, direction un tour du monde version « All around the world ».

On s’explique. Pendant que les modèles Piaggio mp3 LT et Yourban prennent l’air parisien; pendant que le Gilera Fuoco 500 ne communique pas et pendant que Peugeot se dore la pilule sous les néons des salons. Quadro roule !

Il roule notre ami Maurizio Pistore. Afin de mettre en lumière les actions de l’ONG Emergency, fondée par Gino Strada (cette ONG opère sur différent théâtre d’opération en soutenant tous les mutilés de guerre), Maurizio va parcourir 100 000km en chevauchant sur destrier à 3 pattes, le Quadro 350D.

Un destrier complètement customisé et adapté à la situation ; vous imaginez bien.

 

On vous laisse le lien du très bon article de Scooter-Station traitant du sujet : Quadro-3D-350-Motoraid-2012-Le-scooter-3-roues

 

Sans faire dans le sentimentalisme de bas étage, nous sommes tout de même contraints de reconnaitre que le Quadro s’offre une belle image en fournissant un 3D pour le périple.

En tant que passionnés et même en tant que simple utilisateurs, nous nous devons de soutenir ce genre d’action, poussant les constructeurs à prouver la robustesse de leurs machines tout en participant à des mouvements humanitaires ou sociaux.

L’avis n’est pas forcément partagé mais nous pensons que la publicité comme nous la connaissons entame une phase de déclin.

Nous ne sommes plus perméables aux techniques publicitaires usuelles, il faut du concret, de l’action, une publicité en mouvement, nous voulons des véhicules avec un CV présentable !

 

 

 

En parlant de CV présentable, qu’en est-il du Quadro 4D !?

Pour le moment nous avons vu quelques lignes droites dans les champs, et des cercles en agglomération, mais à quand une commercialisation ? Que vaut-il côté performances ?

 

Comme vous l’imaginez bien, nous n’avons pas développé sur le Quadro 4D, nous faisons comme tout le monde, nous attendons.

Le Quadro 4D devrait reprendre la technologie HTS pour la fourche avant, une transmission à double courroies et un différentiel (on évitera de drifter).

La motorisation inquiète un peu car elle vient du Quadro S, devant supporter un embonpoint de 240kg.

Le Quadro 4D est prévu fin 2013, si on compte les retards (comme dans le BTP) on espère le voir en concession pour septembre 2014. D’ici là nous aurons largement le temps de le découvrir dans les différents salons et de suivre l’évolution du projet.

Il faut rappeler que c’est une très belle alternative à la voiture, nous permettant de circuler plus facilement en agglomération.

Ce constat, nous ne sommes pas les seuls à l’avoir fait, l’ensemble des propriétaires de scooter 3 roues est conscient de l’avantage indéniable que leur apporte leur machine.

Par tout temps il est possible de rouler en 3 roues, tout en bénéficiant d’un encombrement réduit facilitant l’inter-file.

Les plus frileux avaient tendance à abandonner le 3 roues à cause du vent glacial mais c’est terminé. Si vous voulez bénéficier de l’avantage des 3 roues toute l’année, la société Isotta propose un toit transparent. Il coupe le vent et n’empêche pas la visibilité, une bonne option.

Passez voir le site isotta, il est possible d’y découvrir de bonnes affaires : Isotta

 

 

 

Un léger rhume pour Piaggio :

 

Piaggio ou le constructeur conquérant. Le premier à remettre les 3 roues au goût du jour.

A lui seul, le géant Italien lance un nouveau marché, mais le réveil de la concurrence présage un hiver glacial.

On aime les scénarios catastrophe aux multiples rebondissements et c’est ce que nous livrent les constructeurs de 3 roues. Piaggio utilise la technique du Ringhal (serpent africain), ils présentent des chiffres médiocres, feignant l’agonie avant de se réveiller et de cracher son venin au visage de ses ennemis.

Soyons sérieux quelques instants, pensez-vous que le leader européen des scooters 3 roues, possédant Derby et Gilera, se faisant usiner des pièces par Quadro va prendre une veste avec l’arrivée du Métropolis et du Quadro S !?

Les italiens de chez Piaggio sont passés maîtres dans le secret, ils ont une force de frappe inégalable, constituée de partenaires hors normes.

Nous vous le disons, Piaggio restera numéro 1.

 

Si nous résumons très grossièrement la concurrence, nous avons :

 

Peugeot qui s’appuie sur ses designers et son expérience dans l’automobile, et Quadro se construit sur le génie du Studio Marabese.

Gilera appartenant au même groupe que Piaggio, ils sont par définition de faux concurrents, ce qui laissera Gilera dans l’ombre du géant.

 

Piaggio verra très certainement ses parts de marché réduire sensiblement mais nous sommes persuadés qu’ils ont préparé la riposte.

Les italiens tousseront peut-être, le jour où les japonais de chez Suzuki ou Honda viendront soumettre leur vision du 3 roues dans l’hexagone mais ce jour n’est pas encore arrivé.

Piaggio accuse un mois de Novembre fébrile avec une chute de 36% sur les Mp3 LT, passant de 899 homologations à 575.

Il faut mettre tout cela en perceptive car le Mp3 500 est tout de même le modèle le plus vendu en France avec 7294 immatriculations.

L’ensemble de la catégorie L5e ne se porte pas si mal. Loin des 3 points du milieu d’année, elle affiche une progression de 0.15% qui devrait repartir à la hausse avec l’arrivée des nouveaux modèles.

Un mois de Janvier qu’il faudra surveiller car les volumes de ventes devront être maintenus, ce qui sous-entend baisse des tarifs ou le lancement d’un nouveau Mp3 pour Piaggio.

 

Plus de chiffre sur le lien : Scooter-infos

 

 

TRIKE

 

 

Les 3 roues, une histoire aussi vieille que Caïn & Abel :

 

Nous aimerions aborder un sujet qui pourrait tous nous rassurer.

Il est possible de penser que le 3 roues est une mode, un moyen de locomotion qui va disparaître aussi vite qu’il est arrivé.

Il faut remettre ces idées là en perceptive. Le 3 roues a toujours fait l’objet de recherche et de développement, dans l’armée, le transport et le loisir.

Revenons quelques années auparavant (50ans, oui quelques années, nous ne sommes pas si vieux) et souvenons-nous du trimoteur Peugeot dans les années 40, astucieux petit 3 roues permettant des petites livraisons à travers la capitale.

 

 

Rappelons-nous comment les Allemands nous ont dérouillé lors du blitzkrieg en utilisant une Wehrmarcht très mobile grâce au pilotage des side-cars (pas la plus belle page de l’histoire automobile, on vous l’accorde).

 

 

N’oublions pas non plus le mythique Trike Harley Davidson des années 50, utilisé par les forces de police américaines.

 

Greg Reynolds signe la photo de gauche.

 

Tous ces exemples sont là pour vous montrer qu’il y a une réelle envie d’utiliser ce type de machine avec un leitmotiv, l’efficacité.

Si nous devions résumer le 3 roues dans l’histoire, c’est par le terme « efficacité » que nous devrions retenir.

Efficace par son accessibilité, par sa capacité d’emport, par sa puissance, par sa sécurité. Les sceptiques trouveront qu’il réunit les inconvénients des 4 roues et des 2 roues.
Cette idée disparaît une fois le 3 roues essayé et adapté aux besoins ou aux envies.

Nous pensons qu’un 3 roues, c’est l’avantage des deux mondes.

Capacité d’emport bagage, nombre de personnes à transporter, capacité de réservoir, puissance, sécurité, taille de la communauté …

Aujourd’hui le secteur est assez développé pour trouver le modèle correspondant exactement à votre demande.

Si vous pensez que le 3 roues ne se renouvellera pas, laissez nous vous convaincre avec ces designs très originaux.

 

Article : Les trikes du futur

 

3 roues futuriste

 

 

Nous avons lié des contacts à travers le monde et nous découvrons chaque jour jusqu’où peuvent aller certains passionnés.

 

 

 

 

Les trikers sont avant tout des potes :

 

Voici comment nous aurions pu commencer à parler des trikers en France.

Un monde qu’il est quasiment impossible de découvrir si vous n’avez pas la passion de la route. Ces hommes sous leurs airs de bikers, affichant des têtes de repris de justice sont loin des clichés que vous pouvez imaginer.

Sous ses yeux plissés et ses pommettes rougies par le soleil, le triker cache un profond sourire qui vient du cœur. Chaque région, chaque département, chaque association caritative, a eu au moins une fois à faire à ces drôles de bonhommes.

4 ans que nous sillonnons les routes avec notre VW Cox Family et c’est toujours un plaisir de recevoir une invitation de l’association ATTAC pour leur 5° Trikes-Potes.

En Novembre nos amis d’Aquitaine organisaient leur assemblée générale, réunissant des trikers des quatre coins de la France, démontrant leurs motivations et leurs engagements.

C’est sur ces bases que l’assemblée a pu débattre de l’organisation de la 5° Trikes-Potes, en étroite collaboration avec la Mairie, solidaire de l’action et du professionnalisme des organisateurs.

Nous pouvons vous annoncer que la période du 23,24 et 25 Août 2013 est à encadrer sur vos calendriers Pirelli ou des Dieux du stade, parce qu’en Aquitaine si y a bien une chose qu’on sait faire, c’est la fête !

 

 

 

Can Am Spyder, l’image au service de la communauté :

 

Nous attaquons avec les patrons du teaser, les George Miller de la mise en scène. Bon, là on exagère un peu, les vidéos de Can Am sont très loin de l’univers Mad Max mais le parallèle est plaisant.

2013 sera 3 roues ou ne sera pas.

Les nouveautés scooters embouteillent la presse, il faut donc que les « grosses dames » se réveillent en annonçant les nouveautés.

Si Boom Trikes a eu la bonne idée de nous inviter pour le lancement du New Highway, les autres constructeurs semblent vouloir faire leur sortie de façon plus intimiste.

 

Intimiste : Terme inconnu sur la planète Can Am, capables de rallier à eux en quelques publications des milliers d’internautes (nous les premiers). Tels des publivores, nous dévorons chaque teaser malgré la répétition des plans, Can Am reste le maître incontesté de la communication parmi les constructeurs.

L’année 2013 n’échappe pas à la règle, donc rien de mieux que de nous sortir un florilège vidéo afin d’annoncer les modifications apportées pour l’année à venir. Pour le moment rien de révolutionnaire en dehors de la sortie du ST, les gammes RS et RT devraient bénéficier de correctifs sur la géométrie et les suspensions.

 

 

 

Même au Koweit, les gars roulent en Can Am

 

 

 

Campagna Motors réagit à l’avis de tempête :

 

Campagna Motors est réputé pour être une société de pointe de l’autre côté de l’atlantique.

Nos amis Québécois sont friands des machines de ce constructeur et nous même, nous sommes complètement dingues du V13R.

 

Le modèle phare de Campagna Motors est le T-Rex 14R, plus la version spéciale le T-Rex 14RR. Le mal semble toucher l’odomètre de ce dernier, créant de belles frayeures aux propriétaires les plus téméraires.

Effectivement, le défaut de l’odomètre se déclenche lorsque que le T-Rex est utilisé à plein rendement, ce qui déclenche un message d’erreur coupant l’alimentation en essence du bolide et par conséquent toute motricité.

Ceux qui roulent prudemment ne savent peut-être pas qu’une coupure brusque de la motricité peu avoir de lourdes conséquences. Imaginez-vous en plein virage, les côtes écrasées contre le siège baquet, les pneus à deux doigts de prier la sainte vierge gomme et le grand patron caoutchouc.

Vous êtes à la moitié d’un virage gauche, le pied droit à mi-course, le cœur frappant vos tympans, tout semble se dérouler au ralenti, vous sentez qu’il est temps de remettre un peu de gaz afin de rester collé à la piste … et là, c’est le drame.

Plus de jus, pire, coupure du moteur entrainant une brutale décélération, par chance votre rapport est élevé mais vous sentez le poids de votre machine passer sur le pneu avant droit, votre train arrière semble vouloir vous embarquer dans une valse définitivement rock n roll. Une seule chose à faire, braquer, contre braquer en limitant la casse.

 

M.Martel s’est retrouvé dans cette situation. Il a réussi à éviter les bobos mais la grogne monte parmi les propriétaires de T-Rex.

« Pourquoi le problème n’est-il pas réglé depuis son signalement en 2011 ? » s’interrogent certains.

 

Campagna Motors bénéficie d’un gros crédit confiance dans le monde de l’automobile. Leur professionnalisme et leur passion n’est plus à prouver mais souhaitons qu’ils ne tombent pas dans les méandres de la facilité en oubliant où est situé le téléphone du SAV.

 

Nous espérons que cette histoire n’est qu’un faux pas et nous ne remettrons pas en cause (pour le moment) le profond engagement de la marque à satisfaire ses clients.

 

Nos voisins de “La Presse.ca” font le point : Le T-REX montré du doigt à tort?