Rallye des Garrigues 2013

Il était une fois, l’improbable équipage.

 

Suite à notre rencontre au circuit de Pau et à nos premiers tours de roues, Georges Ligabue a la bonne idée de nous inscrire au Rallye des Garrigues 2013 à Lavérune.

 

L’invitation ressemblait à une farce que font les vieilles connaissances, une sorte de “cap ou pas cap ?”, une balade entre pote sous forme de classement. Vous visualisez ?

Le genre de rendez-vous que se donnent les pilotes pour rouler ensemble les week-ends.

Avec le temps on transforme ça en assos, on monte une pseudo compétition et en avant. Ca met de l’enjeu et le challenge est bon enfant.

 

Lourde erreur… grossière analyse.

Le Rallye des Garrigues 2013 ouvre le championnat de France, il est organisé par le moto club de DRAC et les gars sont à cheval sur l’équipement ainsi que toutes les joies administratives.

Un grand écart avec nos journées moto ou drift organisées à l’arrache par le premier mec qui se relève d’une biture prise la veille.

Là on change de registre. Fini la conduite en tong-shoort à grand renfort de wheeling (ceci est une image), là on cogne à la porte des grands. Patte gantée à l’entrée et gommards cirés.

 

Vendredi 15 mars 12h, fraichement débarqué d’Ile de France, je retrouve Georges préparant son GSXR 1000 attelé d’un panier DJ sport, ma baignoire à moi, l’endroit où je vais passer la plupart de mon temps ce week-end.

 

Viaduc Millau

 

La journée file, les conseils en navigation fournit par David Bleusez sont précieux, je tente de tout assimiler rapidement et de m’imprégner de l’ambiance qui règne chez les sidecaristes.

 

On parle souvent de solidarité motarde, montrée en exemple, pourtant j’ai l’impression qu’il règne chez les sidecaristes quelque chose de plus authentique, plus naturel, comme figé dans les années soixante, un esprit de gentleman.

J’aime ce privilège de passer d’un univers à l’autre (pas si différent) en mélangeant les milieux, en rencontrant de nouveaux personnages, animés par cette même flamme.

La solidarité a été testée dès les premières minutes. Au moment du contrôle administratif je me rends compte que je n’ai pas la dorsale adéquate. Dorsale sans laquelle ma participation est compromise et avec moi, celle de mon coéquipier Georges Ligabue.

 

A ce moment là, débarquant de nulle part, un couple au top.

Pas seulement parce qu’ils sont doués sur un sidecar, pas seulement parce qu’ils m’ont dépanné d’une dorsale et pas seulement parce qu’ils ont de l’humour, mais parce qu’ils sont complètement barrés !

Christophe et Sylvie Lebert, alias Bbr et Gazelle sont tout simplement l’image de ce que je me faisais du sidecar.

Un mental de vainqueur, précis, rapide, déconnant, vanneur, partageur, et surtout en couple … C’est cette union dans la vie comme sur la piste qui me fascine.

Comment arrivent ils à s’entendre lors d’un week-end de compétition, alors que nous autres, 5min dans les bouchons suffisent pour avoir envie d’étrangler notre chère et tendre !?

Promis, un jour la réponse vous sera livrée dans un article. En gras, et en rouge !

 

Il est 20h, nous sommes gracieusement invités par David et sa femme sous leur tonnelle. Un magnifique jambon de pays (apporté par un autre compétiteur) est lorgné par leurs deux énormes chiens, prêts à vous gratifier de mille papouilles pour être rincé au jambon. Escrocs !

David offre l’apéro à tout le monde, la température est excessivement fraiche et l’ambiance est détendue. Nous trinquons entre gentleman à l’aube d’une bataille épique.

 

16 mars, le fond de l’air est frais. Nous sommes traités comme des chefs au sein de la famille de Philippe Tournier. Il en profite pour compléter mon apprentissage en navigation et nous assure que le parcours est splendide.

 

BG Team 502 Rallye des Garrigues 2013

 

10h20 notre départ est donné, partis pour plusieurs centaines de kilomètres. La navigation est sous ma responsabilité. Faisons simple et succinct, je nous ai plantés !

A deux doigts de me gargariser d’une navigation sans faute, oui mais …

Le “mais” réside dans les 10 premiers kilomètres, une intersection ratée et c’est 7km de dérive.

Autant vous dire que le reste du rallye ressemblait à une visite guidée de la région, sous un timide soleil.

Le parcours est magnifique et les spéciales sont animées par l’équipage Amblard, tout en puissance, sans retenue et au final vainqueur du rallye.

Nous pensions avoir course perdue et pourtant, malgré mon erreur nous finissons la journée sans prendre une si grosse valise que ça. Les résultats des spéciales nous offrent un podium …

Accéder à une 3e place en spéciale, même si il manquait quelques ténors, reste un résultat honorable et encourageant pour notre frêle équipage.

 

Malheureusement, nous finirons par déclarer forfait à la coupure. Le retard accumulé et un début d’angine pour Georges nous pousse à stopper les machines. Rien ne sert de courir …

Une journée sans enjeu réel. Nous avons donc opté pour la sagesse, en nous préservant par un forfait pour le rallye de nuit.

Ce n’est que partie remise, le 28 Avril nous attends le championnat VMA.

Une autre raison d’avoir envie d’en découdre.

 

Au final, c’est un rallye routier à découvrir. La région est belle et le moto club du DRAC fait tout pour satisfaire les compétiteurs. Bien évidemment, il y a toujours quelques couacs, une petite panne de jus sous les tentes dans la soirée, un chrono qui fait des caprices en début de spéciale mais rien d’irrémédiable.

Un week-end frais mais très agréable, une bonne expérience partagée avec des compétiteurs de qualité. Le Rallye des Garrigues est une épreuve à suivre et à courir.

 

 

Julien Toniutti confirme son talent sur sa KTM 990 SMT en remportant l’édition 2013
et l’équipage Amblard s’impose avec brio en side.